Heidi.news vendu à temps…

Dans son édition 2020 de son fameux “Digital News Report” l’Institut Reuters pour l’étude du Journalisme consacre un chapitre très intéressant au consentement-à-payer des internautes en matière d’information. Le chercheur Richard Fletcher observe un apparent paradoxe lié à la pandémie: accroissement significatif de la recherche d’information pertinente sur ce sujet, avec une propension à payer le contenu en hausse et, simultanément, dégradation significative des revenus de nombreux ménages impliquant une réduction des dépenses non indispensables.

En Suisse, comme dans de nombreux pays industrialisés, le consentement-à-payer sous l’effet de la pandémie est en hausse: +2% pour un total de 13% en 2020. Ce qui signifie que 87% des individus qui consomment de l’information en ligne privilégient les plateformes gratuites. Cette “culture de la gratuité” caractérise l’accès aux contenus sur Internet. De multiples plateformes d’information en ligne (RTS, 20minutes, Watson, Blick, etc.) proposent de l’actualité en continu ainsi que des services et du divertissement. La consommation de l’information en ligne est significative (77% dont 44% via les seuls réseaux sociaux) mais tous les médias producteurs d’information, inclus ceux en ligne, reculent de plusieurs points durant la période 2016-2020. A l’évidence, l’Institut Reuters met le doigt sur un point majeur: la surabondance informationnelle est nuisible et détruit de la valeur. Tout bien réfléchi, après une année d’existence, la plateforme payante Heidi.news a bien fait de se vendre au quotidien Le Temps. Juste à temps…

 

Philippe Amez-Droz
Vice-président

 

Reuters Institute, Digital News Report 2020